10 févr. 2011

Visite : et de 7, une classe de 2nde cette fois

Sous le soleil cette fois !

En partenariat avec Pierre Baffalie de Maisons Paysannes de France et Sandrine Pradier du Service Inventaire du Patrimoine du Pays Midi Quercy.
Un après-midi très agréable avec une classe de 2nde du lycée Capou. Une vingtaine de personnes, curieuses et réactives.
Merci à eux et à Jean-Pierre Cassagnes, leur prof à l'origine de cette sortie.

Le but était de parler de patrimoine bâti, de terre crue et de développement durable.
Je crois que ça va parler "toilettes sèches" ce soir à table !




Ils ont eu droit à une salve de questions et ils n'ont même pas fuit !!

Il y a un lien intéressant à faire entre patrimoine et développement durable, pour amener le pourquoi, parce que regarder le durable vers le passé permet de positionner le durable vers le futur.

Mes notes en vrac pour mémoire et partage :

Le but, c’est de parler de développement durable, de maison écologique.

Je vais remonter à la racine pour en parler. A la fin on parlera plutôt de maison confortable, logique, économique, saine, solidaire, écosystémique


D’abord, le résultat et la différence par rapport aux 50 dernières années : moins cher à construire, 4 x moins d’énergie et d’€.



Je vais commencer par des questions. Pas des questions pour avoir une réponse, ce n’est pas une interro. Pour résoudre un problème, vraiment, complètement, il faut remonter aux grandes questions, au sens. Donc pour parler de la façon dont on peut construire une maison, revenons-en au sens.


Vous venez de voir ce qu’on appelle le patrimoine : des choses faites par d’autres, avant nous, qu’ils nous ont transmises. Des choses préservées et améliorées par d’autres, avant nous, qu’ils nous ont transmises.
* Qu’est ce que nous aurons fait, qu’est ce que nous aurons préservé, qu’est ce que nous aurons amélioré, qu’est ce que nous allons transmettre ? Je parle de choses qui seront encore utiles dans 100 ans, de choses que l’on trouvera encore belles dans 100 ans ?
* Qui vient photographier des barres d’immeubles ? Qui vient faire du tourisme dans un lotissement ? Qui vient apprécier la beauté d’une autoroute dans le soleil couchant ? Qui éprouve un grand sentiment de bonheur en sortant d’une galerie commerciale ? Qui veut avoir sa fenêtre qui donne sur le parking du Leclerc ? Qui vient se promener en famille autour d’une décharge ? Qui baigne son bébé dans le Tarn ou l’Aveyron ? Qui boit l’eau des ruisseaux ? Qui croque une pomme sur l’arbre après le traitement phyto ...



Dans nos besoins de base, il y a « être protégé » : avoir une grotte, une cabane, une maison au dessus de la tête. Si je construis cet abri, qu’est ce qui est le plus important ?

En sachant qu’aujourd’hui, on passe dedans, + des ¾ de notre journée.
 * Est-ce que c’est confortable ? (chaud en hiver, frais en été, pas de pluie, pas de vent, pas d’humidité)
* Est-ce que ça continue à être confortable s’il y a une coupure d’électricité pendant 1 semaine ? Est-ce que moi, habitant de cette maison, je maîtrise ce confort ? Ou est-ce que ce confort dépend d’une source d’énergie lointaine ? Ou est-ce que ce confort dépend complètement d’une machine (qui se casse) ou d’une autre personne (qui a d'autres choses à faire) ?
* Est-ce que c’est efficace ? Pas efficace c’est quand on utilise un tronc d’arbre pour écraser une mouche. C'est-à-dire quels moyens pour quel résultat ?
* D’où ça vient ? Comment ça a été fabriqué ? Est-ce que tout le monde sur Terre pourrait faire la même chose ? (ou alors il n’y aurait pas assez de ceci ou de cela pour tout le monde) Est-ce que si on fait tous comme ça, nos enfants pourront aussi faire comme ça ? Et leurs enfants ?
* Est-ce que ça ne casse pas ma santé ou celle de quelqu’un d’autre ?
* Est-ce que la personne qui l’a fabriqué a été contente de le faire ? Est-ce qu’elle en est fière ?
* Est-ce que c’est beau ? Est-ce que c’est beau dans le paysage ? Et dans 100 ans ?
* Est-ce que ça va tenir longtemps ? (ou il faudra le REfaire ?)
* Qu’est ce que ça va devenir, si on le démolit ? (réutiliser, polluer ?)

Depuis longtemps (1er humain (genre 'homo') = 4 millions d’années, maitrise du feu = 400 000 ans, écriture 3 300 ans), c’est à peu près ce qu’ont fait les hommes, avec les moyens du bord de chaque époque. 
Quand je dis, c’est ce qu’ils ont fait, je ne dis pas qu’ils ont réfléchi à tout ça, je dis que quand on regarde le résultat, on voit ça : pour l’époque, par rapport à leurs besoins, on voit le top du confort et de l’efficacité, pour pas très cher, des techniques et des matériaux utilisables par tous, on voit des choses qui tiennent le plus longtemps possible ET qui ont pu se réutiliser et se refaire pendant plusieurs dizaines de générations. 


• Et depuis qu’on a cru trouver une source d’énergie facile et inépuisable (100 ans), on a arrêté de faire comme ça.  On a commencé à écraser des mouches avec un tronc d’arbre. 
• Avec des moyens énormes, on est arrivé à un résultat pas terrible :
On a fait des boîtes : peu confortables, qui nous coûtent cher, pleines de polluants pour nous et notre environnement, qui ne durent pas.
On a mis des machines dedans pour compenser et retrouver un peu plus de confort (chauffage, climatisation), mais les machines se détraquent souvent et utilisent de l’énergie, donc des sous.
Et on a mis tout un paquet de systèmes compliqués autour pour amener beaucoup d’électricité, beaucoup d’énergie, beaucoup d’eau, pour nettoyer beaucoup d’eaux sales… 


Après ça, explications et exemples concrets, avec le pédagogique triptyque :  passoire (isolation) + amortisseurs (inertie) + gore-tex (perspiration) qui permet d'expliquer la pertinence des éco-matériaux sans se contenter de "c'est bien, c'est naturel !".

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour j'étais dans la classe de seconde que vous avez accueilli. Et j'ai bien parlée des toilettes sèches à mes parents. Ils sont pas très convaincu pour en avoir mais j'ai bien rigolé en leur en demandant. Je voulais vous remercié de nous avoir accueilli et bonne continuation pour votre belle maison.

Jenny, Boris, Esteban et Manolo a dit…

Merci, votre commentaire me fait bien plaisir.
Et surtout, ne lâchez rien : sens, sensibilité, cohérence...