17 mars 2010

Fermeture et clôture

Sandwich de laine de bois pour combler le haut des cloisons au RDC, toujours entre les poutres. Mais cette fois, l'objectif est phonique : dur / mou / dur.
Nickel.
La couleur se fond, on ne fera rien de plus.

J'ai paillé le potager aussi.

Et comme les cerfs ont commencé à manger l'écorce des petits petits petits fruitiers, j'ai été obligé de clôturer : récup' de piquets pas tout jeunes chez un voisin, et 3 fils de fer en guise de barrière. Juste histoire de les arrêter dans leur élan, je sais bien que si ils veulent vraiment passer... mais l'idée d'habiter dans une cage ne nous dit rien !

Et commencé (avec les restes de piquets) à faire une tonnelle pour mettre des kiwis et de la vigne sur la partie basse du potager. Qui sera donc plus ombrée en été.

4 commentaires:

SANS P. a dit…

Salut les Prat

juste une remarque sur le paillage du potager : moi j'aurais attendu juin. D'après certains livres (Maria Thun par ex) il faut laisser respirer la terre pendant le printemps ; le paillage estival étant destiné à réduire l'arrosage (entre autres).
by
Pascal de Tlse

Jenny, Boris, Esteban et Manolo a dit…

Oui mais les bestioles et les "mauvaises herbes" ?
Je croyais que l'idée, c'était couverture permanente ?

Samilla a dit…

Les beaux jours arrivent et les bricoleurs sortent de l'hibernation !
Pour (enfin contre) les bestioles tu peux aussi mettre du prunelier dans la haies. Mais il faut reconnaitre que c'est plus sympa d'avoir des chevreuils qui mangent qques pousses que le chien du voisin qui vient poser sa crotte !

Sam

SANS P a dit…

oui pour la couverture végétale entre 2 cultures (pour ne pas laisser le sol nu) ; mais la couverture se fait avec du végétal vivant (légumineuses tel trèfle blanc (très bon pour les abeilles) , luzerne ,ainsi que la moutarde).
C'est pour ça que le BRF ou paille ou herbe séchée , je le mets fin mai - juin.
Je passerai vous voir , on en discutera , c'est plus simple.
by

demain on plante 500 m de haie champestre chez des collègues , dans le cadre d'un prog. financé par le conseil gégéral. Il n'y a que des arbres et arbustes endémiques , notamment du prunelier (prunus spinosa) dont parle Sam.